« Service de gestion des annonces » : Qui ? Quel APE ?

Cet article est une mise en alerte à toute la profession de concierge. L’été 2022 marque un véritable boom de la conciergerie locative, personne ne s’en plaindra compte tenu des années précédentes. Mais aussi vite que se développe le marché locatif saisonnier se propage une pratique absolument illégale : l’exercice du métier d’agent immobilier sans disposer d’une certification préfectorale.

Exercice de la profession d’agent immobilier : attention

L’exercice illégal du métier d’agent immobilier est facile à détecter : il suffit de comparer la sémantique de l’offre et le code APE de l’entreprise. Si le code APE/NAF est bien 6831Z, il s’agit bien d’une agence immobilière et les services de conciergerie permettent la gestion globale d’un bien, comprenant notamment la rédaction des annonces en ligne. Mais lorsque le code APE est 7022Z, 9609Z ou 7311Z (pire encore s’il s’agit d’un autre code), le concierge ne peut pas gérer un bien sous l’effet d’un mandat de gestion et il ne peut pas publier des annonces professionnelles sur les portails d’immobilier (locatif ou transactionnel) ni non plus gérer la relation avec le locataire.

Or, et le phénomène est franchement massif et nous fait perdre un temps précieux lorsque des particuliers nous demandent comme aujourd’hui encore un « BON contact conciergerie » ou « une conciergerie de référence » pour gérer des appartements : nous voyons se développer des profils sur Airbnb, dans la catégorie des particuliers, qui affichent le service de « gestion de A à Z de la location » ou encore le fameux « service de gestion des annonces » avec un portfolio de biens qui manifestement appartiennent à une pluralité de particuliers qui pensent sans doute bien faire.

L’exercice illégal de la profession d’agent immobilier est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 Euros d’amende.

Dès lors que le propriétaire exprime le souhait de ne plus gérer la relation client lui-même, cela signifie qu’il demande à mettre son bien en gestion. Cela nécessite un mandat d’agent immobilier. C’est aussi clair que cela.

La relation demande/offre est biaisée

Pourquoi ce phénomène explose t-il ? parce que l’offre et la demande ne se juxtaposent pas correctement. La très grande majorité des propriétaires cherchent explicitement un « concierge » alors que la gestion locative est généralement l’affaire des agents immobiliers. Le métier de concierge, à l’origine, est la mise en relation avec les bons prestataires. Il s’est développé dans l’offre de services pour survivre mais se retrouve au coeur d’un marché immobilier très particulier : celui des particuliers qui, poussés par un changement progressif de législation et la bonne santé de la demande, deviennent LMNP dans un premier temps, puis LMP pour finir, en ce qui concerne les multi-propriétaires à grande échelle, dans une activité para-hôtelière en forme de SA. Les particuliers s’accrochent le plus longtemps possible à leur statut simplifié de loueur meublé non professionnel et gèrent ainsi eux-mêmes leurs annonces tant qu’ils ne le peuvent et s’ils ont le temps. La demande retire donc à l’agent immobilier la prérogative de trouver des clients puisque c’est VRBO ou Airbnb qui s’en occupe. Et elle se focalise donc sur les services d’intendance autour du logement et des hôtes. Et c’est là que les concierges développent leurs offres.

Mais : comme les propriétaires voient la demande exploser et grignoter leur temps, ils finissent pour beaucoup par chercher quelqu’un pour gérer aussi leurs annonces, les demandes et finalement ils cherchent à déléguer la relation client sans toujours avoir compris qu’ils avaient désormais besoin d’une agence immobilière. Et le concierge se retrouve avec une demande latente qui devient de plus en plus explicite : pouvez-vous aussi gérer l’annonce ? et le glissement s’opère, avec plus ou moins de bonne foi évidemment, pour se terminer dans une situation intenable où les agences deviennent concierges et les concierges agences. Cela fonctionne dans un seul sens : l’agence peut développer un service de conciergerie mais le concierge ne peut pas devenir agence sans avoir modifié sa société et ses statuts en profondeur pour se conformer à la législation spécifique de l’agent immobilier.

Besoin non comblé de clarification sémantique

La loi est claire mais la sémantique, y compris chez Airbnb et Google, est biaisée : si vous cherchez « agence airbnb St Tropez » par exemple, forme de requête la plus fréquente, Google vous propose 8 résultats sur 10 de services de conciergerie. Il faut dire que « agence » et « airbnb » sont originellement des termes antinomiques : soit on trouve ses clients par une plateforme en ligne, soit on passe par agence, pourrait-on se dire. Pour ajouter de la confusion à la confusion, airbnb ayant flairé l’opportunité, a racheté la plateforme de médiation « Luckey » qui sélectionne des hôtes pour les transformer en … concierges. Et lorsqu’on cherche une « agence » « airbnb », on tombe sur « les concierges Luckey, de Airbnb ». La confusion côté propriétaire s’entretient donc d’abord au niveau légal : la rétroactivité de la loi qui oblige Airbnb à déclarer automatiquement au fisc les informations sur l’activité locative d’un contribuable à partir de 2019 à forcé les propriétaires à rétropédaler. Et le fisc ayant transmis l’information aux autres services, l’URSSAF est venue ajouter son grain de sel pour mettre une pression maximale sur les propriétaires bailleurs sans bails – c’est un fait – afin qu’ils cotisent à toutes les caisses comme des entrepreneurs ou au minimum micro-entrepreneurs et dès qu’un particulier génère plus de revenus en développant son capital immobilier que de revenus du travail, il doit créer un SIRET par logement en qualité de LMP. Propriétaire particulier d’un côté, assujetti à toutes les caisses de cotisations sociales et fiscales comme un professionnel de l’autre… le loueur peut avoir la tête qui tourne et s’accrocher aux branches comme il peut pour mettre des intermédiaires professionnels qualifiés entre lui et ces administrations qui ont l’envoi d’huissier facile. Conséquence : une forme de panique pour les propriétaires et des opportunités en pagaille pour les professionnels. Les agences voient passer les propriétaires devant leurs portes sans s’arrêter parce qu’ils « veulent gérer leur annonce eux-mêmes » et les concierges voient leurs clients historiques leur demander s’ils peuvent ajouter à leur service une « petite corde à leur arc », qui correspond à un autre code d’activité.

Beaucoup d’acteurs à mettre d’accord

Pas sûr non plus que le développement de concepts comme la « conciergerie immobilière » va faciliter la lisibilité de l’offre. Pourtant, des certitudes s’installent sur ce marché :

  • L’état n’a pas l’intention de laisser se développer une activité commerciale sans passer par ses caisses de cotisations,
  • Les copropriétés n’ont pas l’intention de se laisser détourner la destination de leur immeuble,
  • Les banquiers n’ont pas l’intention de cumuler des crédits non remboursés,
  • Les propriétaires n’ont pas l’intention de retourner au locatif de longue durée parce que les prix d’acquisition sont désormais indexés sur la valeur locative saisonnière
  • Les agents immobiliers n’ont pas l’intention de laisser leur activité se libéraliser au point qu’on puisse de fait devenir agent sans carte professionnelle
  • Les concierges n’ont pas attendu 20 ans que le marché s’organise pour qu’au moment venu on leur explique qu’il faut faire machine arrière
  • Les hôtes ne vont pas tous s’entasser dans des chambres d’hôtels de 12m2 pour faire plaisir aux législateurs sur l’aile gauche de l’échiquier politique qui n’ont pas vraiment idée de ce qu’est la fonction du capital dans une économie.
  • Les toujours plus nombreux personnels vitaux pour le secteur, sur le terrain : mandataires d’agences mais aussi les welcomers, femmes de ménage, property managers, pisciniers, jardiniers, chauffeurs, blanchisseries, loueurs de linge, agents de sécurité villa, agents de protection rapprochée… aucun ne souhaite abandonner son poste et pointer à Pôle Emploi.

Les intérêts respectifs de tous ces acteurs sont très certainement convergents sur un point : il existe une activité vitale pour le pays, celle du tourisme, l’accueil des touristes en particulier.

La politique rétroactive et ses effets

Mais l’approche politique confuse, absolument pas concertée et organisée à l’échelle internationale, alors que c’est un paradigme de mobilité internationale dont il s’agit, pousse chaque acteur dans ses retranchements au point qu’aujourd’hui les points d’interrogation s’accumulent au-dessus de marché et dans les esprits des acteurs, voyageurs, professionnels et propriétaires compris. Qui pour y répondre ?

  • Si on compte sur l’EURL locale pour dire non à son client qui lui demande « simplement » d’étendre son offre à la gestion des annonces;
  • Si on compte sur les agents pour expliciter leur code NAF;
  • Si on compte sur la pression fiscale et administrative pour aider les particuliers à s’orienter

alors nous orientons collectivement un marché en plein essor à sa propre perte. En laissant prospérer le peu qu’il contient de chaos aux dépens de la remarquable structuration du marché des agences immobilières et du tissu en cours de densification des concierges de proximité. Ce qui a été fait avec les services à la personne ou de l’éolien privé – schéma typique de la gestion publique d’un secteur privé : faire émerger, faire se développer, soutenir puis exploser et abandonner les restes aux étrangers – peut parfaitement se reproduire avec la conciergerie. Pour notre part, nous ne voulons pas laisser l’offre et la demande se perdre en traductions. Nous continuerons à insister sur l’importance des codes d’activité et du respect des législations distinctives, nous continuerons à informer les particuliers sur la façon dont l’offre se structure pour faciliter la concordance entre un besoin qui s’explicite et une offre qui se développe; car nous pensons que les deux doivent fonctionner ensemble, par itérations et de la façon la plus claire possible. Sur ce point, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. C’est clair pour nous mais nous ne pouvons que constater tous les jours que les particuliers sont perdus dans leur recherche.

Et pire, nous voyons des professionnels céder à la tentation d’aller au-delà de leur prérogative légale pour répondre à la demande. C’est non. Et la raison d’être de ce message.


Commentaires (24)

  • Cap d'Agde Conciergerie 11 août 2022 - 2 mois ago

    Vous avez bien décrit ce que je vis aussi. mais comment faire ? les clients ont commencé par me dire que »finalement ils préférent les checkin autonomes ». j’ai renoncée a facturer la gestion des entrées et sorties au fur et a mesure. et même pour certains on m’a demandé d’aller accueillir le professionnel qui a installé les boites à clés à codes pour soit-disant les late checkin et finalement en fait tous les checkins!maintenant ils voient que gérer airbnb est difficile ou dangereux car le moindre problème se transforme en escalade et quand ca arrive c’est toute la valeur de l’annonce airbnb comme vous ditequi s’envole en fumée, etc. Du coup, on me demande de gérer l’annonce et même d’en faire d’autres, les optimiser, ect… mais je me retrouve en fait a faire le travail d’un pro de l’immo effectivement alors que ce n’est pas du tout l’engrenage que je souhaite.je ne vais pas changer d’activité ? ou que je me force à devenir agent immobilier ? franchement je déteste l’idée (je ne sais pas vraiment pourquoi ceci dis).bref, ça devient compliqué parce qu’on travail de plus en plus mais sur les tâches les moins rentables.il ne reste plus que la location de linge et encore certain casse les prix.donc, au final on sert à faire entrer les femmes de ménage. et quand il y a une porte qui s’ouvre mal à 4H du matin là on pense a nous. c’est vraiment très dur cette année, je ne suis pas sure que les clients se rendent compte de la valeur. ca fait bientôt 8 ans que ma conciergerie se développe plutot bien et la j’ai l’impression que c’est la dernière année profitable; et que ça va partir en c. pardonnez l’expression.si vous avez un avis je suis preneuse.
    merci beaucoup pour vos explications en tout cas c’est tout à fait ca la réalité.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Bonjour au Cap d’Agde,
    merci de corroborer 🙂 C’est plutôt logique que les activités les plus rentables s’organisent en un marché structuré plus vite que les activités plus difficiles. Et c’est toute la difficulté du concierge, par essence pluridisciplinaire, de maintenir sous sa coupe une telle diversité de métiers. Et la législation tend à favoriser les agences dans cette compétition dans la mesure où elles sont historiquement au coeur de la problématique de la gestion immobilière. Si le concierge ne souhaite ou peut pas obtenir sa carte d’agent, il doit développer des partenariats avec des agents et packager une offre commune qui mette en avant les avantages d’une telle alliance. Et surtout pour beaucoup d’agences, il est très difficile d’embaucher le personnel nécessaire pour constituer un service de conciergerie, d’autant que l’activité est saisonnière et que plusieurs mois de l’année sont creux au niveau de la demande, dans beaucoup de villes. C’est une opportunité pour les concierges d’installer un service en agence dans le cadre d’un contrat de partenariat ou de prestation de services afin que l’agence ajoute la conciergerie à son arc sans nécessairement prendre le risque de constituer une nouvelle équipe dédiée. Peu d’agents peuvent faire ça en réalité à cause de la nature saisonnière de la demande. Je ne pense pas que les concierges devraient se laisser impressionner par ces changements rapides de paradigme mais au contraire, c’est ce qu’on attend d’eux, proposer aux autres acteurs des solutions clés en mains pour offrir au final exactement ce dont les propriétaires ont besoin : certes une gestion des locataires mais surtout une gestion du bien durant les locations et hors saison avec tous les corps de métiers concernés (jardiniers, artisans, entretien, etc.). Peut-être qu’il serait judicieux de réorienter partiellement la réflexion d’une logique de B2C vers celle du B2B. Les concierges n’ont pas vocation à tout faire eux-mêmes mais bien à trouver des systèmes d’organisation fonctionnels. Ici, c’est exactement là où se trouve le marché : un grand besoin de ses systèmes fonctionnels avec les concierges en chefs d’orchestres.
    Vous ne croyez pas ?

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Et j’ai oublié de mentionner l’évidence : non seulement le concierge doit proposer un système prêt à l’intégration en agence mais il conserve la fonction de servir les hôtes durant leurs séjours. Ce n’est pas rien. Qui pense à présenter une carte des services à ses locataires, dans le logement ? Quelles sont les agences qui ont packagé une offre crédible de conciergerie non seulement à destination des propriétaires mais surtout à destination des voyageurs ? très très peu ! et c’est là que le concierge a tout un marché devant lui, notamment dans les villas en bord de mer où pour l’instant l’offre n’est ni sérieusement structurée ni correctement packagée, ni par les agences, ni par les concierges, à quelques très rares exceptions près. Il y a toujours un grand marché pour les agents, en augmentation et un marché pour les concierges, qui explose à condition que les uns et les autres restent sur leur coeur de métier, leur expertise propre, tout en collaborant à servir propriétaires et voyageurs. Je crois que cette logique va permettre à beaucoup d’agents et concierges de créer des services pertinents et de croitre sous forme de double service, plus ou moins intégré.

    Reply
  • Cap d'Agde Conciergerie 11 août 2022 - 1 mois ago

    Il faut que je digère tout ça. pour l’instant c’est très abstrait… « packager une offre » je ne sais pas ce que ça veut dire concrètement.ça semble intéressant mais par ou commencer…

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Ca m’a toujours un peu étonné le décalage entre la qualité des services que les concierges peuvent rendre et leur inaptitude quand l’heure vient de présenter ces services sous une forme marketing alléchante. Les américains savent très bien faire ça mais on dirait que les concierges français sont si subtils et raffinés que les ficelles du marketing leur semblent trop grosses.

    Concrètement, cela signifie par exemple imprimer de beaux menus, comme dans les restaurants gastronomiques, qui présentent les services de façon à donner envie au locataire d’appeler un numéro et de passer commande. Il le fait spontanément dans un hôtel, pourquoi ne le ferait-il pas aussi dans un airbnb ? Il faut un « nudge » pour cela : à l’hôtel, si vous avez toujours un téléphone posé sur un menu, ce n’est pas tout à fait un concours de circonstances. C’est une mise en scène qui sert de « call to action ». Quand vous arrivez dans un airbnb, s’il y a un téléphone avec un numéro de concierge et un menu de présentation des services : room service, transport, petit déjeuner, sorties, restaurants, DMC, personal shopper, courses, livraisons en tout genre, etc., vous regardez au moins. Et vous êtes informé que le service existe, c’est le début, la base de l’entrée en relation prestataire-client. Le marché en est à ses débuts, ces pratiques sont rares mais elles deviendront la norme; comme à l’hôtel. Où est-ce que « la carte des services à la carte » a toute sa place ? dans le logement saisonnier. Il peut même être « teasé » dès l’annonce en ligne, le propriétaire ou l’agence précisant que tel logement bénéficie des services remarquables de telle conciergerie de proximité pour tels services, etc.
    Ensuite, il faut continuer à observer les concurrents, à commencer par les services hôteliers. Quand vous allumez la TV, voire sur l’écran déjà allumé par défaut dans certains hôtels 5 étoiles, une interface d’accueil vous présente les services accessibles depuis votre chambre. Qui fait ça dans son Airbnb en 2022 ? PERSONNE ! à quelques exceptions près, car il y a bien une ou deux agences sur la côte d’Azur qui ont capté les enjeux de la conciergerie dans le cadre locatif.
    Ensuite, hôtels et airbnb n’ont pas que vocation à se livrer compétition : vous pouvez en tant que concierge organiser des partenariats pour amener les clients airbnb vers les services hôteliers et surtout leur restauration, voire leur conciergerie ! le développement B2B passera aussi par des synergies avec les acteurs historiques, les hôteliers, faute de quoi ces derniers finiront par organiser une rebellion réussie. On les comprendrait.
    Pour nous, le service doit commencer dès la sortie de l’avion, avec les bagages et le transfert. Le propriétaire qui laisse ça au hasard perd une opportunité de différencier son bien par l’offre de services. Il y perd en engagement client et donc en taux de retours. C’est une perte de valeur en capital presque directe. Pour l’instant, ça passe relativement inaperçu mais c’est le rôle des concierges d’expliquer aux propriétaires qu’il faut proposer un accompagnement de A à Z, acheté ou refusé c’est le client qui choisit, mais il faut que l’offre soit là pour maintenir un appartement ou une villa dans la compétition sur airbnb et VRBO. Ces plateformes connaissent très bien les enjeux de marché et elles orientent silencieusement les propriétaires vers une professionnalisation, en partenariat avec l’état qui vise aussi les recettes fiscales et sociales. Tout cela est systémique, le concierge doit entrer dans le système en commençant par communiquer, communiquer, communiquer avec les utilisateurs finaux, qui ne sont pas comme ils le croient encore trop souvent les propriétaires mais les locataires en courte durée. C’est une clientèle solvable, soit financée par son entreprise soit avec un budget vacances. Donc soit venue par un moyen de transport dans lequel il peut lire des publicités, soit être envoyé par un comité d’entreprises qui serait certainement très intéressé de savoir qu’un concierge est sur place pour assurer le rôle de DMC. Ce type de service renforce les incentive programs des entreprises qui investissent déjà dans le déplacement de leurs salariés.
    Bref, c’est votre travail de venir ici nous présenter vos innovations, les exposer fièrement aux prospects et gagner en clientèle 😉
    Tout dernier détail pour la route : tout bien immobilier devrait avoir un hashtag associé pour vivre sa vie numérique parallèlement à sa vie matérielle. La création d’un # imprimé sur papier glacé, ça coûte quelques centimes. Les personnalités de passage dans un logement peuvent avoir quelques dizaines, voire quelques millions de followers : elles sont aussi vos relais potentiels, appartement après villa, pour faire savoir au monde entier que dans tel appartement, il fait s’est fait servir par telle conciergerie. Si la communication ne s’engage pas entre le locataire et la conciergerie et n’est pas médiatisée sur les réseaux sociaux, le voyageur reste un anonyme mal servi, pas assez considéré, relativement frustré. Et surtout c’est un sacré gâchis pour les propriétaires, les agences et les concierges qui perdent collectivement l’opportunité de ce passage massif. Chaque logement, chaque location est une occasion de rayonner dans l’espace digital – là justement d’où viennent l’essentiel des voyageurs…
    Et je ne parle pas du branding que vous pouvez réaliser si vous accueillez le client à la sortie de l’avion… La créativité dans le marketing et le packaging est certainement une clé stratégique pour faire de la conciergerie le cheval de Troie du marché locatif.

    Reply
  • Cap d'Agde Conciergerie 11 août 2022 - 1 mois ago

    Merci beaucoup c’est dense mais ca me rassure.je suis passée de l’état « mon dieu tout est interdit » a « voici comment je vais faire »; pas à pas. j’avance… merci encore.
    CAC

    Reply
  • Ka Toulon 11 août 2022 - 1 mois ago

    je n’ai pas la patience de tout lire mais si comprend bien il y a de l’espoir lol

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Voilà kT, c’est bien le propos de cet article. Certes des choses sont à ne pas faire mais il faut se souvenir de tout le potentiel encore inexploité dans la conciergerie qui dépasse largement celui qui est de toute façon déjà exploité par d’autres depuis très longtemps. Si vous êtes concierge ou dans un métier connexe, ce qu’il faut retenir en effet, c’est que la créativité dans l’offre, la stratégie de go-to-market, l’utilisation du numérique, le partenariat avec ceux qu’on a cru devoir traiter comme des rivaux, la compréhension des attentes implicites des prospects dessinent la structure d’une offre à finir de modéliser – ce qui est en soi une gigantesque opportunité. On est à un moment où tout le monde a sa chance de réussir quelque chose, mais il ne faut juste pas copier les agents quand on est pas agent, copier l’hôtel si on est pas un hôtel, collaborer avec les autres, etc. bref vous avez compris l’idée 😉

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Dernier dernier détail : les tarifs. C’est vraiment important comme sujet. La plupart des particuliers ont encore l’idée que la conciergerie est réservée aux riches. La réassurance côté clients (propriétaires comme locataires) passe par la publicité des grilles tarifaires. Elles se sont largement démocratisées avec l’activité saisonnière, les prix ne sont plus du tout prohibitifs et… les gens ne le savent pas, tout simplement. On dit « conciergerie » et on vient d’allumer une alerte rouge côté facture. Il faut faire passer le message dans toutes les communications que désormais la conciergerie, ce sont des services pour tous et surtout les propriétaires qui veulent dégager du temps, augmenter leurs marges, gagner plus en faisant moins contrairement à ce que proposait un certain NS en 2007… la conciergerie, c’est non seulement pas cher, plus du tout cher plus exactement et c’est franchement rentable. Les coûts, quand c’est bien fait, son largement absorbés par les profits et quand des économies d’échelle interviennent (gros volumes, salariés à plein temps pour le ménage notamment), les services de conciergerie sont moins chers que les services à la personne et la réduction d’impôt… c’est un exploit. Là où Borloo a relativement fait pshit après 2012, la conciergerie réussit l’exploit de démocratiser un service jadis réservé aux VIP et fait sauter le verrou économique avec un argument fort : le ROI, le retour sur investissement. On investit sur un concierge pour transformer son actif en capital, ce n’est pas un détail du tout que le particulier entende bien ce message…

    Reply
  • Hotelisation 11 août 2022 - 1 mois ago

    Le concept d’hotelisation ne peut pas plaire à tout le monde mais pour les locataires de passage Wow :
    Avantages de la vie en hôtel + Avantages de la location airbnb = Must Have. Quand on hésite entre l’hôtel et airbnb c’est surtout parce qu’on sait qu’on va perdre le confort du service de chambre, on va devoir se servir soi-même, pas de tout repos comme espéré. Une bonne hotelisation du modèle airbnb est plus facile à mettre en place de la part des concierges qu’une bonne airbnbisation des hôtels de la part des hôteliers. Le potentiel est du côté des logements privés.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Je vous découvre hotelisation. Où êtes-vous basé ? je ne vois pas de géoloc sur votre site…

    Reply
  • Hotelisation 11 août 2022 - 1 mois ago

    Nous sommes basés en PACA avec le siège dans les Alpes-Maritimes (Cannes) et une agence d’accueil dans le Var (Adrets de l’Estérel). On propose exactement ce que vous décrivez sans nous nommer : on installe un service de conciergerie dans les agences et dans les logements airbnb, on créé les packs en présentation plastifiée, le « téléphone fixe posé dessus comme à l’hôtel », l’interface TV exactement comme vous l’avez décrit et on ajoute la partie numérique, on a un community manager qui donne une vie numérique aux villas. On est sur la même longueur d’onde totalement, on a compris la même chose que vous pendant la crise covid, les gens se plaignaient de ne pas pouvoir sortir mais en hotelisant leur logement on a allégé la vie des clients et pas que les locataires. Les propriétaires chez eux finissent par adopter le lifestyle des locataires ils nous appellent comme un room service comme s’ils étaient en vacance. À la base nous étions une agence immo mais on a suivi le modèle inverse de ce que vous décrivez on s’est rendu compte que les gens avaient vraiment besoin des services hôteliers tout le temps et pas que quand ils voyagent ou en confinement. On a créé ce concept en 2019 et on le développe sur la région PACA pour l’instant, bientôt en région parisienne on espère.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Ne seriez-vous pas par hasard dans le « réseau » maag landlord viewbeach convergence crpc ? on a des gens de chez vous déjà référencés comme concierges non ?

    Reply
  • Hotelisation 11 août 2022 - 1 mois ago

    Et oui ! le monde est petit. J’ai commencé il y a 20 ans chez Logismaag puis directeur d’agence chez Viewbeach à Cap Ferrat. Et on a installé notre solution dans quelques immeubles à Cannes pour la conciergerie CPRC… ce n’est pas vraiment un réseau c’est plutôt que tout le monde travaille ensemble depuis la sortie de l’école et dans le même secteur forcément ça créé des liens. Mais c’est sûr que c’est chez eux que j’ai vu l’évolution de la demande, d’abord la transformation du locatif début 2000, mondialisation du marché locatif puis airbnbisation peu après 2010 puis durcissement légal en 2020, développement de la conciergerie… la logique dont vous parlez est le résultat de 20 ans au moins d’évolution de l’offre. La demande au fond reste toujours la même : toujours plus de confort, de services et des coûts en baisse du fait de la massification de ces comportements. Ca fait mal aux hôtels par contre et dans certaines copros quand on leur annonce une hotelisation ils sortent les armes lourdes. Donc la demande explose mais il y a de gros freins à lever pour que ça se démocratise, on essaie d’expliquer aux gens que ça valorise l’emploi local, la valeur de tous les appartements y compris ceux de ceux qui ne louent pas, ça favorise l’économie locale, ça permet de solvabiliser des propriétaires pour l’entretien des bâtiments, ce sont des taxes à collecter pour investir dans les infrastructures publiques, c’est aussi un modèle dont on bénéficie quand on voyage soi-même. A mon sens c’est quasiment un service public qu’on développe on hotelisant tout ce qui peut l’être mais il y a toujours des gens pour se sentir lésés, spoilés ou je ne sais quoi. Si on avait tous la compréhension du marché que vous décrivez sur conciergerie-privee.fr la France pourrait aller vers la centaine de millions de touristes annuels et augmenter son PIB d’un point juste en laissant les gens comme nous travailler. Mais je suis en accord avec vous sur le gauchisme radical qui se développe avec des arguments biaisés mais populaires et qui laisse croire aux gens qu’en arrêtant tout ça ira mieux. C’est un retour à l’esprit communiste du siècle dernier. Trop de gens n’ont pas compris qu’entre le modèle libéral et le modèle communiste, cette grande opposition qui a nourri la guerre froide pendant 50 ans, l’un a tué des millions de gens et l’autre a permis d’améliorer la vie de milliards d’autres. Pour moi c’est tout vu, les socialistes et gauche radicale continuent à barrer la route au progrès tout en se gargarisant de progressisme alors qu’ils sont le plus gros frein à l’amélioration du quotidien. Nous on développe le confort pour tous et les maires de gauche nous accusent de spoiler les pauvres, c’est un dialogue de sourd qui ne devrait plus avoir lieu. Je pense qu’on a lu les mêmes livres pour arriver aux mêmes conclusions, de Sotto avait raison et Marx disait franchement n’importe quoi le pauvre. L’hotelisation n’est pas un gros mot, c’est l’opportunité massive de développer le confort des français et des étrangers en France et plus ça va se développer plus les coûts seront bas et plus l’économie de la conciergerie, les emplois que ça crée, sera un levier de croissance et de douceur de vie. Mélanchon & Co préfèrent la révolution et un retour à 1917, renvoyer les gens comme nous dans les camps parce qu’on est compétent, c’est ça la vérité historique. Pour nous le concept d’hotelisation n’est pas qu’un label marketing, c’est un modèle économique à part entière au service de tous et d’abord au service de la France : emploi, taxation de l’activité, développement du tourisme, organisation hiérarchisée du tourisme de masse pour qu’il ne soit pas synonyme de pollution, croissance… bref nous on croit à ce qu’on fait et on regrette que le niveau du dialogue sur ces sujets, dans l’arène politique, soit au niveau du siècle dernier : discours guerriers, détestation de la richesse, vilipendage de la réussite, taxation du capital, marginalisation des élites, etc. Pour nous le frein au développement de notre marché est la bêtise politique au niveau le plus haut.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Si on va sur le terrain politique on va dire des vérités qu’une bonne moitié trouvera toujours erronée. Je suis toujours d’avis que critiquer les hommes politiques est inutile en démocratie puisque chacun d’entre nous peut s’investir au moins à l’échelle locale et devenir soi-même le défenseur de sa vision du monde. Je trouve l’hôtellerie extrêmement pertinente, comme vous. C’est juste qu’elle a un problème foncier. La structure des immeubles d’hôtels vise à recevoir un maximum de monde dans l’espace le plus confiné possible, c’est un énorme talon d’Achille d’un point de vue de segment de marché : qui veut être confiné aujourd’hui ? Et pourtant, organiser la vie d’un petit groupe de personnes de telle sorte que tous les services viennent à eux, qu’un simple téléphone de chambre se transforme en outil de maîtrise d’oeuvre. L’hôtellerie est un modèle sociologique à part entière mais elle n’a pas été pensée en top-down avec une intention sociologique, elle a été pensée en bottom-up, par le besoin d’accueillir des voyageurs et de tirer un profit économique de ces mouvements de personnes. Je suis d’accord que votre concept d’hotellisation correspond à la version top-down, idéale, de l’hôtellerie appliquée à un immobilier illimité. Le talon d’Achille de l’un est le point fort de l’autre et votre hotellisation vient prendre tous les qualités de la vie en hôtel, une sorte de rêve local avec du personnel à votre disposition à toute heure de jour et de nuit pour vous apporter des services, à manger, faire la chambre, changer les serviettes, nettoyer votre linge… tout ce que vous faîtes vous-même chez vous.
    Juste une question : pourquoi hotelisation avec un seul « L » au lieu de 2 ?

    Reply
  • Hotelisation 11 août 2022 - 1 mois ago

    Hotelisation et non hotelllllllisation : pour faire au plus court d’abord, au plus simple, au plus facile à mémoriser. Et parce que le terme se lit préférentiellement en anglais et il a l’avantage d’exister déjà. On parle d’hotelisation en langue anglaise comme on parle d’uberisation (qui est dans le dictionnaire) sans dire uberRRRRisation 🙂 Une partie de notre clientèle est anglophone ou du moins c’est la langue commune qui nous permet de communiquer, si on commence à introduire les spécificités de la langue française dans nos labels on va introduire un niveau d’incompréhension qu’on ne souhaite pas. Pour nous, la simplicité est clé, comme quand on installe une conciergerie en appartement, il faut que ça soit fluide. (Le français n’est pas une langue fluide btw.) Dans les villas on trouve souvent des gens lettrés qui nous posent la question du double L, c’est pour nous un signe distinctif de niveau de lettres chez le client et à vrai dire on apprécie cette question parce qu’elle nous donne un indice favorable sur la qualité de la relation qui va suivre. Donc merci de l’avoir posée 😉 Je peux vous envoyer un PM ?

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 11 août 2022 - 1 mois ago

    Bien-sûr, si vous utilisez le formulaire de contact avec vos coordonnées je vous whatsappe si vous voulez.

    Reply
  • Monsieur 13 août 2022 - 1 mois ago

    « pire s’il s’agit d’un autre code » vite dit je suis HOTELIER en CODE 5510z je gere plus des maisons dans le Var ca fait presque 10 ans bientot que je marche comme ca et personne ne trouve rien a redire a cette heure. si c’etiat si interdit ca se saurais je pense et surtout je vois pas trop l’interet de faire ch les gens qui travaile et payent des impots franchement.

    Reply
    • Monsieur 13 août 2022 - 1 mois ago

      JE NE VEUX PAS ETRE AGENT!!!!!!! c »est justement pour ca que j’ai pas mis agent dans mon statut comme vous dite mais bien hotel car c’est comme un hotel ce que je fais POINNT BARRE

      Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 13 août 2022 - 1 mois ago

    Si j’ai tort, autant pour moi, veuillez m’excuser. Mais si mon interprétation de la législation est la bonne :
    Vous n’êtes pas la seule agence à se déguiser en hôtel mais ce n’est pas parce que personne ne dit rien pour l’instant que votre activité est conforme à la loi. Selon moi, on peut utiliser le code 5510z quand on gère un hôtel. Cela exclut la gestion des maisons de particuliers. Et le concierge de l’hôtel, bien qu’il porte effectivement lui aussi le nom de « concierge » n’a pas du tout les mêmes fonctions dans un hôtel que dans un appartement privé. Le concierge n’a même pas vocation à entrer dans les chambres de l’hôtel alors que le concierge en appartement passe son temps dans les chambres avant et après le passage des locataires. Le statut des clients n’est pas le même et surtout la gestion des locataires doit faire l’objet d’un mandat d’agent immobilier, c’est le principe même de la gestion locative. Dans ce cadre, l’hôtelier dans son hôtel n’a pas de rapport avec la gestion locative. Ce n’est pas parce que vous avez réussi à immatriculer une conciergerie avec les statuts d’un hôtel que ça fait des maisons des chambres d’hôtel et vous un agent. Si ?

    Reply
  • Hotelisation 13 août 2022 - 1 mois ago

    Ça reste intéressant de voir que plusieurs acteurs d’importance comme les concierges, hôteliers et agents veulent tous se mettre à faire de la gestion locative de courte durée mais en prenant modèle sur l’hôtellerie plutôt que l’agence traditionnelle… C’est exactement ce qu’on avait anticipé même si la loi oblige tout le monde à enfiler la casquette « agent » (ou alternativement à sortir du marché) et que ça force les entrepreneurs individuels à choisir de façon binaire entre se former et abandonner.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 13 août 2022 - 1 mois ago

    Pour notre part, nous nous retirons de la conversation pour garder notre neutralité au sujet des cas individuels. Les entrepreneurs sont responsables devant la loi et vis-à-vis de leurs clients et non devant nous, qui ne faisons qu’observer, analyser le marché sans être un institutionnel. Si vous voulez hotelliser le marché en commençant par vous mettre dans « la peau » d’un hôtel après tout, ce n’est pas totalement insensé du point de vue de la seule logique. Je vous souhaite sincèrement de réussir dans votre entreprise.

    Reply
  • Cap d'Agde Conciergerie 13 août 2022 - 1 mois ago

    est-ce que vous avez un modèle de plaquette par hasard ?et est)ce que vous auriez un modèle de contrat de partenariat avec les agences s’il vous plait ,stp.

    Reply
  • Conciergerie-Privee.fr 13 août 2022 - 1 mois ago

    Depuis 2011, seuls les membres signataires de notre charte bénéficient gratuitement de nos contrats types. https://www.conciergerie-privee.fr/loge/membre/#contrat_doc

    Nous réfléchissons actuellement à passer la documentation en mode libre, accessible à tous mais nous perdrons alors la capacité de personnaliser les documents pour chaque conciergerie comme nous l’avons fait pendant des années.

    Pour les produits marketing c’est encore plus compliqué à diffuser gratuitement à cause des droits de la société Digitalsobe qui a géré ce site pendant des années aussi.

    Une ouverture de notre documentation est sérieusement à l’étude mais pas avant 2023. Si le site repasse en gestion auprès d’une société digitale, je ne pourrai rien ouvrir afin de ne pas faire travailler les salariés gratuitement. Si le site reste comme aujourd’hui en gestion privée des documents seront ouverts à la lecture publique mais avec des services réduits. Si la législation change par exemple, il y aura un décalage. Alors qu’en gestion, la doc et les assets numériques sont mis à jour par une équipe.

    Reply

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée